sympatico-finances

« La stabilité politique influence celle de l’économie et des marchés financiers | Accueil

Les cours boursiers ne suivent vraiment pas la croissance des profits depuis 5 ans. Que se passes-t-il?

La force du monde économique des pays émergents a changé la perception que nous avons des économies avancées. 

Ces perturbations ont rendu pessimistes les investisseurs boursiers, malgré la hausse des profits.
Comme l’illustre le graphique suivant, la croissance des profits sur un an a été de 11.7% pour les entreprises américaines. Cette vitesse de croisière de la hausse des profits se poursuit encore durant le présent trimestre et se maintiendra selon les prévisions des analystes à plus de 10% en 2012. 
 
Il y a eu une augmentation des profits presque similaire pour les entreprises canadiennes. Durant la même période, la bourse américaine  affiche 0% de rendement depuis 1 an, et la bourse de Toronto enregistre un recul de 16%.

Ce graphique montre que le sommet des profits a été atteint en 2007, avec un recul en 2008, un rattrapage total des profits dès le troisième trimestre de 2009 et une progression depuis.
Si on fait un parallèle avec le rendement des indices boursiers, le S&P 500, depuis son sommet de 2007, est en recul de 15% et le TSX de 20%. Il y a, donc, découplage entre la croissance des profits et les rendements boursiers.  Que se passes-t-il ?

Au sommet de 2007, les bourses étaient jugées comme justement évaluées, selon les ratios historiques depuis 50 ans. Depuis, les profits ont progressé et continuent d’être anticipés à la hausse pour 2012 et 2013, mais les cours boursiers n’ont pas suivi leur courbe, probablement parce que les investisseurs ont été trop "échaudés" par l’importante baisse survenue entre 2007 et 2009.
Cela s’explique aussi par le manque de confiance, à l’échelle planétaire, à cause des tourments de la zone euro.

Quand il y a des changements structuraux majeurs dans les économies, il est fréquent que les rendements boursiers soient perturbés. Le choc actuel est celui de l’impact d’un écart très important entre la croissance économique depuis 20 ans entre les pays émergents et les pays plus avancés.
Dans l’histoire économique, la dernière fois qu’il y a eu un écart aussi important entre la hausse des profits et les cours boursiers c’était en 1988. Les rendements boursiers ont été de 21% (S&P500) dans la décennie qui a suivi.
 
Un cycle de pessimisme envers les bourses mondiales est suivi de cycle de hausse (atteinte d’un équilibre) suivi d’un excès de pessimisme. C’est la nature humaine!

C’est vrai pour chacune des classes d’actifs. Prenons par exemple l’immobilier aux États-Unis qui s’est écroulé en 2007 par excès de valorisation. Aujourd’hui, l’immobilier américain accuse une sous-évaluation de 15%, alors que celui du Canada est surévalué de 15%.
Il est important de réaliser qu’investir dans des catégories d’actifs sous-évalués rapporte beaucoup, à long terme, avec de la patience, contrairement aux investissements dans des catégories surévaluées.

William André Nadeau
Gestionnaire de portefeuille
www.orientationfinance.com

 

Commentaires (21)

1

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:01 AM le 27.05.2012

test

2

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:02 AM le 27.05.2012

Il est important aussi de réaliser que les gens n'ont pas une durée de vie de 150 ans !
Long terme et patience... je veux bien. Mais jusqu'à quand ?!

Je crois que ce qui se passe c'est que la majorité des investisseurs ont COMPRIS que le marché boursier est ''manipulé'' par les grosses poches ! Les Corporations, les Banques Centrales, l'Élite Internationale. Ce sont les GROS qui font les profits ! Ce sont eux qui empochent nos billes lorsque le marché va mal !!

Le problème est que le marché va de + en + mal et cela est directement proportionnel avec l'endettement croissant des gouvernements de la planète. Ajouter à cela une Mondialisation frénétique et des catastrophes naturelles de + en + croissantes, et n'importe quel clown aura bien compris que son placement ne tient qu'à un fil. Car la tendance, ce sont les GROS qui la créent. Et elle peut changer au gré du vent. La stratégie est d'avoir assez d'argent pour supporter temporairement les pertes. Et lorsque les petits investisseurs n'ont PAS eu d'autres choix que de retirer ce qui leur restaient (pour pouvoir en bénéficier avant 150 ans), les GROS ont renversés la tendance et empoché les argents des petits. Ce sont des requins, et personne ne peut les vaincre dans leur cour, sur LEUR TERRAIN !!!!!!

Ceux qui croient encore que ce sont les multitudes de petits investisseurs qui mènent le jeu des tendances en bourse sont vraiment naifs et ne devraient pas s'y aventurer. Les gestionnaires ne vous diront pas que les dés sont pipés à l'avance soit parce qu'ils sont trop naifs ou parce que c'est leur gagne-pain qui est en jeu.

Et de +, il faut être encore + naif de croire que le pire est passé. Seul les gestionnaires n'ont pas encore compris cela. Mais se peut-il que les gestionnaires croient que les dettes des gouvernements se sont résorbées en l'espace d'une nuit... lorsque tout le monde dormait ???

3

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:03 AM le 27.05.2012

Les États-Unis d'Amérique qui ont encore le privilège de posséder le ''Base Reserve Currency'' en le dollar américain sont déjà sur le respirateur artificiel ! Le dollar américain va s'effondrer tôt ou tard (+ tôt que tard) et la valeur des placements en US ne vaudra + rien ! Heureusement beaucoup de gens et d'investisseurs l'ont compris. Le chaos, les faillites et la pauvreté sera le lot des événements qui suivra l'effondrement du dollar américain. Car c'est certain, tout comme l'eau est mouillée, que le dollar américain va s'écrouler. Comment pourrait-il en être autrement.

4

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:04 AM le 27.05.2012

Et moi, ce qui me fâche, c'est que dans ce blog de finance, le gestionnaire n'envisage même PAS cette possibilité (bein non... c'est trop négatif), en conseillant les gens sur des moyens d'éviter de perdre leur pécule. Ce sont ces mêmes gestionnaires qui devraient être au front et surveiller le terrain pour nous. Mais ils ne le font pas. Ils ne pensent qu'aux profits à en tirer.

5

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:08 AM le 27.05.2012

test


6

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:11 AM le 27.05.2012

hé...oh !!!! Blog à la crotte !!

7

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:13 AM le 27.05.2012

même ce blog est ''manipulé'' !! Liberté d'expression mon oeil !!

8

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:14 AM le 27.05.2012

j'ai pas fini, mais bon... ce blog de crétin me dit que OUI.

A+

9

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 9:14 AM le 27.05.2012

pipi caca marde, etc...

10

Commentaire de Retraité Déterminé 2010
Laissé à 10:19 AM le 27.05.2012

Antoine Lavoisier disait : «Rien ne se perd, rien ne se crée.». Alors si j`applique le modèle «physico-chimique» au modèle «économique» [je sais, c`est boîteux], je me demande où passe l`argent... Si les investisseurs boursiers n`obtiennent pas beaucoup de rendement mais que les profits sont pourtant au rendez-vous ? Serait-ce qu`en période difficile, les gros «siphonnent» les petits afin d`amoindrir les secousses du marché? Il semble assez facile de jouer selon les règles quand c`est vous qui avez le livre des règles en main... (Manière de parler...) R.D.2010

11

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 1:53 PM le 27.05.2012

''Il est important de réaliser qu’investir dans des catégories d’actifs sous-évalués rapporte beaucoup''

C'est aussi et surtout un moyen pour les GROS d'appâter les petits. Ceci indique aussi que l'on est ENCORE dans un creux, et non vers un sommet.

12

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 1:54 PM le 27.05.2012

Grosso-modo;
si les médias manipulent les masses, si les gouvernements manipulent les électeurs, si les banques manipulent les gouvernements, si l'Élite décident des taux d'intérêts, si les syndicats manipulent les gouvernements, si les syndicats sont manipulés par la mafia, si les fonctionnaires profitent de l'état, si les policiers abusent de leurs pouvoirs et que les curés violent des ti-gars, si le pape est un ancien Hitlérien et que le Vatican est infiltré par les Illuminatis, ou que nos maires font la valse des enveloppes brunes...... alors, POURQUOI diable le marché boursier ne serait-il pas manipulé lui aussi ???

13

Commentaire de Mario Bros.
Laissé à 2:00 PM le 27.05.2012

Il faut être ou cave ou gestionnaire pour ne pas comprendre cela. C’est la nature humaine!

Mais heureusement les gens commencent à comprendre qu'ils se font avoir comme des pigeons. Les gens comprennent que ce n'est pas du pessimisme de se retirer lorsque les forces sont INÉGALES et que les dés sont pipés d'avance. C'est une question de pure logique. Et le long terme n'a RIEN à voir dans cela. Un pigeon c'est pour la vie !

14

Commentaire de Retraité Déterminé 2010
Laissé à 9:52 PM le 27.05.2012

«Cela s’explique aussi par le manque de confiance, à l’échelle planétaire, à cause des tourments de la zone euro.»
Mais y a-t-il que la zone euro qui crée de l`incertitude? Moi je pense qu`il y plus que cela. Le malaise est plus vaste et plus profond. Les marchés incertains faisant face à de nouveaux concurrents comme les pays émergeants, la mouvance des capitaux et de la main-d`oeuvre selon l`ouverture de nouveaux ou la fermeture d`anciens marchés, les scandales qui sortent un peu partout dans le monde bancaire, les changements politiques et l`instabilité qu`il crée dans différents pays et sur différents continents, la circulation de l`information à l`ère numérique qui fait que tout se sait et presque instantanément, tout ça rend les investisseurs plus frileux et plus prudents et ça se comprend complètement...R.D.2010

15

Commentaire de Rustik
Laissé à 10:21 AM le 28.05.2012

@ Mario, patience jusqu’à quand? 2015! Pourquoi, parce que comme tu le dis, les petits investisseurs ne mènent pas le bal. Ce sont les gros qui le font, et leur tendance semblent pointer vers là. Pourquoi? Lire mes deux (ou trois) prochains messages.

@ RD, le principe de Lavoisier, est un principe physique. L’argent (le dollar) est un concept et n’a rien de physique (je sais que tu le sais... je voulais juste discourir sur le sujet). Il évalue artificiellement la valeur de biens dans le but d’en faire le troc. Malheureusement, il peut y avoir création et dilapidation de la richesse, de manière tout aussi artificielle… selon le désir des marchés. Exemple : plus personne ne veut d’appareil photo Kodak… du jour au lendemain, les appareils sont tout aussi performant, et pourtant… le marché est passé à autre chose. Exemple 2, VHS ou Bêta? Bêta offrait une meilleure qualité… et VHS s’est imposé. Avait-il une plus grande valeur? Non… pourtant il faut croire, que le marché en a décidé autrement, et au bout du compte, VHS valait plus. Création artificielle…

16

Commentaire de Rustik
Laissé à 10:23 AM le 28.05.2012

Présentement, les faits énoncés par monsieur Nadeau sont réellement des faits. Mais grattons la question. Y a-t-il des éléments observables qui pourraient expliqués ces faits?

Je ne crois pas capturer l’ensemble de la situation, mais personnellement, je vois deux éléments principaux qui pèsent sur les bourses actuellement.
-Le transfert des argents des marchés boursiers vers les marchés obligataires.
-Les IED (investissements étranger direct), qui se transforment depuis la crise.

Ces deux éléments diminuent les capitaux alloués pour les achats boursiers, pour la croissance des entreprises occidentales (avoir du profit, ne veut pas dire faire de la croissance, mais seulement gérer adéquatement… peut-être même se contracter avec tact^^).

Les transferts actions vers obligations sont fortement influencés par le psychologique relié à la crise européenne, par la dette américaine (et les manques de confiance afférents à ces marchés), et par l’idée que les leaders habituels de l’économie peinent à reprendre leur envol vers la croissance.

En 2010, les IED (investissement étranger direct) ont atteint pour la première fois 50% de leur valeur dans les pays en développement. Dans un même souffle, les pays en développement ont aussi les IED de ces pays ont aussi atteint des niveaux records… principalement dirigés vers d’autres pays en développement. À noter le niveau de 2010 était 15% inférieur au niveau d’avant la crise, 37% de moins que le niveau record de 2007. Et encore pire pour l’Europe et l’Amérique, où c’était 50% de moins que le niveau record de 2007!!! En 2010, les IED vers les USA ont augmenté de 40% (en comparaison au creux de l’année précédente). Résultat la bourse et la croissance des entreprises américaines, ont connus une légère pression haussière par l’arrivée de ces capitaux étrangers et a permis de se maintenir à flot.

Il y a donc moins de capitaux ici pour les investissements, et plus ailleurs. La "croissance" se déplace, les cies d’ici arrivent à faire du profit, mais probablement que dans un proche avenir, cela se réalisera en étant à la remorque de la croissance économique des pays émergents. Encore là, nervosité ici, manque de confiance.

17

Commentaire de Rustik
Laissé à 10:26 AM le 28.05.2012

On prévoit un retour des IED à celui de 2007, au niveau mondial, vers 2013-2014. Dans les pays d’ici entre 2015 et 2017.

Ma boule de cristal : il y aura alors de forte pression sur les cours boursiers. Les gens diront, il y a croissance en Asie, et les vieux pays ont suivi. De plus, les cours profit/prix des actions montrent qu’ils y a plein d’aubaines!!! 2015 à 2017, croissance totale sur les marchés boursiers américains et canadiens? Entre 60% et 80%. Puis bing badaboom paf, ralentissement. En 2017? En 2018? En 2022? Aucune idée sur l’année exacte, mais moi, je serai alors assis sur mes obligations à 8%-10% et j’attendrai le prochain crash (comme en 2008, avec 70-80% de mes avoirs dans du solide depuis la mi 2007).

NB: j'ai raté la bulle de 2001 dans le techno... je la croyais pour 2003... Donc ma boule de cristal, à prendre avec réserve... mais j'aime tout de même partager les visions qu'elle me propose!

18

Commentaire de Rustik
Laissé à 11:54 AM le 28.05.2012

@ RD, sur la valeur des objets. Voici une étude très intéressante qui démontre l'effet de "contagion" des objets désirés:
http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/convoiter-un-objet-une-maladie-contagieuse

19

Commentaire de Poly
Laissé à 12:05 AM le 29.05.2012

com.2 bien d`accord avec vous après avoir passer plusieurs année avec les gestionnaires de nos réer on a toujours été en dessous ils nous disaient``c`est à cause du marcher,on n`y peut rien mais il faut resté dedans. Aujord`hui je gère moi même et je sort ou entre quand je veux JE juge que c`est le bon moment et Michel Carignant m`y aide beaucoup celà s`appel le directionnel ou l`effet mouton comme dirait Mr. Nadeau. Il faut juste entré dans le bas et sortir dans le haut quand sa revire de bord et ne pas être trop gourmant. le stocastique, le volume, le graphique court moyen et long terme et être à l`afut de ce qui se passe. j`ai fait plus d`argent avec dol et ctc que pow et td et bien sûr il y a les div. si on se trompe on peu donc attendre la prochaine mane si je peux m`exprimer ainsi car il n`y en a pas beaucoup c`est temps-ci. Les fnb faut savoir jongler avec effectivement car c`est plus compliqué mais de là à les garder long terme non merci il te donne peu et prennent beaucoup.

20

Commentaire de Poly
Laissé à 12:57 AM le 29.05.2012

c`est bizard Rustik mais moi j`ai des actions de slf et des obligations aussi et quand slf baisse, les obligations montent, tu peux m`expliquer ça? on dirait un baromêtre!

21

Commentaire de Poly
Laissé à 1:06 AM le 29.05.2012

il y en a un qui m`a dit que cèst à cause du taux d`intérêt pas assez haut pour slf et très atrayant pour les obligations puisque les int. ne donne pas grand chose voir même que les rend des obligation sont à 0 et tout le monde se lance sur les obligations?!?! je n`y comprends rien, c`est pas clair...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Publicité

Liens et outils

  • Mon portefeuille
  • Les fonds
  • Symbole Marché  

    Rechercher le symbole d'une entreprise